AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Quand on parle à une personne à qui on a pas envie de parler, ça peut faire des étincelles. [ft. Electre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

Invité
MessageSujet: Quand on parle à une personne à qui on a pas envie de parler, ça peut faire des étincelles. [ft. Electre]   Mar 27 Aoû - 20:47



Electre & Ambre ~
Quand on parle à une personne à qui on a pas envie de parler, ça peut faire des étincelles.
 
Le doute peut prendre plusieurs formes : verbe ou nom, ça, se sont les formes que tout le monde connait. Mais il ne faut pas oublier celles qui n'existent pas et sont pourtant bien réelles : le doute peut vite devenir un sixième sens, un adjectif ou une intuition. Le doute, c'est un sentiment agaçant ; savoir quelque chose sans en avoir la certitude. Le doute pourrait peut-être même devenir une arme ! C'est pour vous dire... Mais plus important encore ; quand le doute vous envahi, vous êtes partagé, vous ne savez pas que penser, vous doutez. Mais le doute peut aussi sauver des vies. Il vous suffit de brandir une épée au-dessus de la tête de quelqu'un et d'avoir ne serait-ce qu'une seconde de doute pour vous rendre compte que, peut-être, cette épée ne mérite pas d'être salie. Le doute peut vous apaiser : vous avez la certitude qu'une chose horrible va se produire, mais en vérité, vous n'en savez rien du tout, et ça vous soulage. Le doute s'apparente aussi à beaucoup d'autres choses, plus ou moins évidentes, plus ou moins éloignées : le savoir ou l'ignorance, la chance ou la malchance, la joie ou la tristesse, le bonheur ou le malheur... La vie ou la mort. Un conseil ? Ne sous-estimez jamais le doute. Jamais.

***

Assise à mon bureau en bois de chêne, perdue dans mes pensées, caressant machinalement les plumes blanches de la tête de Nessie, je sursaute quand une main se pose sur mon épaule.

- Ambre, je peux te parler une minute, s'il te plaît ? me demande une voix que je connais bien.

Je lève la tête et lance un sourire bienveillant à Kerry, ma jeune soeur de seize ans. Sourire qu'elle ne me rend pas.

- Bien sûr, Kerry. Que veux-tu ?

Elle à l'air bizarre, mal à l'aise, elle attrape une chaise en bois de merisier et s'installe à côté de moi, la tête baissée, le regard angoissé. Même si elle se pendrait plutôt que de me l'avouer, je sais que Kerry ne m'apprécie pas comme Kiara ou James. Je sais qu'elle m'en veut depuis l'incendie d'il y a trois ans. Depuis la mort de maman. Mais elle l'a toujours caché et à toujours fait preuve d'une joie et d'une bonne humeur forcée à mon égard. J'en conclue donc en voyant sa mine soucieuse, qu'elle n'est pas porteuse d'une bonne nouvelle. J'ai nommé Kerry messagère de la Tribu des Aigles, pour lui montrer que même si elle doutait de moi, moi j'avais confiance en elle. Cependant, je savais qu'elle n'hésiterait pas à sauver sa famille - et sa peau, par la même occasion - en cas de perte évidente de la part des Tribus. C'est pour cela que je ne la chargeais du fardeau de ces messages qu'en cas de nécessité, seulement si j'y étais obligée. La plupart du temps, ce sont les aigles que j'envoie. J'en ai assigné deux ou trois dans chaque partie des Terres Sauvages, si bien que désormais, quand je leur fourrais un message dans le bec ou accrochais un bout de parchemin à la patte, ils savaient sans que j'ai besoin de le leur rappeler où ils devaient se rendre. Les aigles allaient plus vite que les humains, et même si j'idolâtrais ces rapaces, en cas d'embuscade, je préférais que ce soit un aigle plutôt qu'un homme qui tombe. De plus, ces oiseaux ne risquaient pas de nous trahir ni de divulguer des informations aux Hommes, c'était un autre bon point pour la Tribu. Kerry lève finalement la tête vers moi et me dévisage longuement, ses yeux pétillants d'inquiétudes rivés sur les miens.

- Ambre, une rumeur circule dans la Tribu. Les gens s'inquiètent. Ils doutent mais ont peur. On raconte que les Hommes s'apprêtent à faire un nouveau raid sur les Terres Sauvages, on ne sait pas précisément sur quelle Tribu mais... on dit que c'est le père d'Electre et d'Astra Lumna qui en est l'origine. Tout le monde ici attend un geste de ta part.

Je ne répond pas, la mine grave et dégoûtée par les paroles de ma soeur, je fixe un point imaginaire sur le sol. Ah, nous y voilà, les Lumna. Je n'ai jamais eu confiance en eux depuis que leur ancien chef - le père d'Electre, la Chef actuelle - a rallié le clan de Thorold Steel. Je me méfie beaucoup d'elle, je la soupçonne d'être toujours en contact avec son père, même d'être peut-être de mèche avec les Hommes ! Mais je ne le laissais pas voir, je n'en étais pas sûre et puis, j'étais l'une des seules Chefs de Tribu à le penser : Soan, Calista et Katti étaient tous de son côté. Quand à Anastasia, je ne sais pas, elle doit être neutre, enfin, je l'espère. De plus, qui, à part moi, pourrais penser ça ? Electre Lumna a la capacité de se métamorphoser en Louve, elle est différente, et c'est cette différence que chasse Thorold, l'Homme qui s'est proclamé Roi des Terres Sauvages il y a quelques années.

- Ambre, tu écoutes ce que je te dis ? Ambre ! La tribu attend de toi que tu ailles parler à Electre Lumna !

Je serre les dents. Je n'aime pas qu'on me dicte ce que j'ai à faire. Bien sûr que j'irai voir la Chef des Loups, mais je ne veux pas que ça se sache, la tribu s'inquiète beaucoup trop pour que j'en rajoute. Même si Kerry est ma petite soeur, je sais qu'elle ment, la tribu n'attend rien de moi, ma soeur en profite. Et ça m'énerve.

- Kerry, tu n'as pas à me dire ce que je dois faire ou ne pas faire. Et encore moins proclamer que c'est la tribu que le pense ! Je suis plus âgée que toi de quatre ans, Kerry. Ne l'oublies pas. Je connais ma tribu mieux que personne ! Tu sais pourquoi ? Parce que j'en suis la Chef. Et c'est parce que tu n'arrives pas à contrôler tes sentiments que tu ne la dirigera pas ! Alors, non. Non, je n'irai pas chez les Loups. Non, je ne parlerai pas à Electre Lumna. Maintenant, fiches-moi la paix, Kerry.

Abasourdie, elle me regarde comme si j'étais devenue folle. Le choc passé, elle se lève d'un air contrit et résigné. Le regard mauvais, les sourcils froncés. Elle se dirige vers la sortie de la tente. Elle sait parfaitement que c'est inutile de débattre  avec moi.

- Kerry.

Elle s'arrête net. Ne se retourne pas pour autant.

- Souviens-toi de la dernière fois que j'ai quitté la Tribu. Etait-ce une bonne chose ? C'est maman qui me l'avait suggéré. Tu veux connaître le même sort ?

C'est la phrase de trop. Je la sent craquer. Ses épaules s'affaissent et elle me lance un regard empli de tristesse, les larmes roulants sur ses joues roses ne semblent ne jamais s'arrêter. Je sens qu'elle meurt d'envie de se jeter dans mes bras. Je lui lance un pauvre sourire. Elle quitte la tente en sanglotant.

Je ne pleure pas. Je sors une feuille de parchemin de mon bureau et trempe une plume d'oie dans de l'encre foncée.

Electre,

rendez-vous non officiel ce soir, quand le soleil sera entièrement couché, aux terres désolées du Nord. Il faut qu'on parle, c'est urgent, n'en parlez à personne.

Ambre Violett Triddle


Je roule la feuille de papier jaunie et l'attache grâce au cachet de la tribu : un aigles, les ailes déployées sur un font montagneux. Je sais qu'elle viendra. J'attache le message à la patte de Nessie et elle s'envole vers le Nord sans bruit.

***


Je reprend ma forme humaine, après plus de quatre heures de voyage. J'ai mis Kyle dans la confidence, je lui fais confiance, il s'occupera de tout. Reste plus qu'à attendre Electre...

Les minutes passent, je regarde les flocons tomber sur mes gants fourrés, j'observe sans bruit les arbres gelés de la grande forêt de Paori, mon souffle régulier dessine des volutes de fumée argentées devant mes lèvres gercées par le froid. Des pas dans la neige me font tourner la tête. Electre Lumna s'avance d'un pas prudent vers moi. Je l'ai déjà vue une ou deux fois, pour des rassemblements, des fêtes et d'autres célébrations rassemblant toutes les Tribus. Je ne lui ai jamais adressé la parole lorsque ce n'était pas nécessaire.

- Bonsoir, Electre. Magnifique nuit d'hiver vous ne trouvez pas ?

Elle me lance un regard perçant à la "Viens-en-aux-faits." et je toussote.

- Les rumeurs vont vites. On dit que votre père organise un raid contre les Terres Sauvages, vous le saviez ?

J'avais dit ça avec une pointe de mépris dans la voix, sachant très bien que je venais de l'accuser pour une histoire qui n'en était peut-être pas une. Une histoire dont elle n'était sûrement pas mêlée. Je plisse les yeux et lui lance un regard de défi, me plongeant dans ses iris bleus des glaces. Ses cheveux noirs sont striés de flocons de neiges et elle ne sourit pas. Du moins, il ne me semble pas... Un bref cri me fait relever la tête. Nessie vient se poser sur mon épaule en fixant Electre Lumna de son oeil jaune.

Code by Cookies., don't give it without permission.
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand on parle à une personne à qui on a pas envie de parler, ça peut faire des étincelles. [ft. Electre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand on parle du loup... [PV. Kosovo] [Abandonné]
» sa veut dire quoi le onze montrealais quand on parle de impact
» Des visiteurs venus d'ailleurs, ooooooooooooooh !!!!! [Mission rang D]
» Quand on parle du loup, on en voit la queue ~ Matthew Aidan Fernandez
» PALLANDO ▬ Quand on parle du loup, on en voit la queue.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» WILD HEART « :: ♔ Lieux RPG :: Nord :: Terres désolées du Nord :: Forêt de Paori-