AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 ELECTRE ft. ASTRA « i never thought i’d need so many people »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

♔ Chef de Tribu
***
MessageSujet: ELECTRE ft. ASTRA « i never thought i’d need so many people »   Jeu 24 Avr - 21:50



i never thought i’d need so many people
6h23, tentes de la tribu des Loups | Ses grand yeux bleus s'ouvrirent soudainement, puis elle se redressa en sursaut. Le soleil venait à peine de se lever, elle le voyait à la lumière orangée qui s'infiltrait encore dans la fente de l'épais tissu qui servait de porte d'entrée à la tente des Lumna. Electre se frotta les yeux de la paume de ses mains pâles avant de laisser échapper un bâillement. Elle s'était endormie dans son fauteuil de velours vert alors qu'elle était censée guetter l'arrivée d'un messager venant du Sud, tard dans la nuit. Mais celui-ci ne s'était manifestement pas déplacé. Peut-être était-il en retard ? Elle se retourna afin de constater l'état du lit de sa jeune sœur. Celle-ci s'était apparemment déjà levée, mais à la vue du lit vide d'Astra, Electre fut prise d'une sorte de malaise. Chaque fois qu'elle ignorait où se trouvait sa sœur, elle était prise d'angoisse. Pourtant, elle savait très bien ce qu'elle faisait en cette heure si matinale... elle était très certainement dans la tente médicale. Electre ne comprenait pas, et n'avait jamais compris, comment une jeune fille de son age avait le courage de s'occuper de gens souffrant, voire sur leur lit de mort. D'un certain côté, elle l'admirait beaucoup pour cela. Car elle, du haut de ces dix-neuf ans, n'avait encore jamais réussi à regarder un mourant dans les yeux. De prendre la main d'un être souffrant et de lui assurer que tout se passerait bien. Il ne s'agissait que de mensonges pour elles, pas de paroles de réconforts. Des mensonges. Des mensonges et rien de plus. C'était égoïste de penser cela... et elle en était consciente. Mais jamais elle n'arriverait à être aussi bonne que l'était sa sœur. Electre était confiante en le fait que ce soit Astra qui reprenne les rennes de la tribu des Loups si elle venait à mourir. Elle se souvenait qu'étant jeune, son traître de père lui avait longtemps reproché le fait qu'elle ne serait jamais à la hauteur de sa Tribu. Mais au fond, peut-être avait-il raison ? Il lui arrivait de se dire qu'Astra méritait bien plus de guider les Loups que son égoïste et faible personne. Elle n'était pas cette personne a toujours avoir ces mots pour réchauffer le cœur, elle ne faisait que le geler encore plus. Elle plaignait Soan, le Lion, de devoir finir sa vie aux côtés d'une femme comme elle. Mais assez de cette mélancolie, Electre se tourna cette fois-ci vers son reflet dans le miroir. Ses joues étaient creuses, sa peau était pâle... mais pas cette pâleur habituelle qui recouvrait chaque jour son visage, une pâleur limpide. Pâleur brisée par deux grosses cernes sombres qui se creusaient sous ses yeux clairs injectés de sang. Il était clair que la jeune femme n'avait pas assez dormi. En effet, cela ne devait pas faire plus de deux heures qu'elle s'était endormie malencontreusement. Sans compter que cela faisait la troisième nuit qu'elle passait bien plus longtemps éveillée qu'endormie. Et encore ! Son record de la semaine avait été 4h de sommeil complet. Quatre heures durant lesquels elle rêva qu'elle passait une bonne nuit de sommeil. La Louve était débordée. Les derniers jours du froid de l'hiver avaient toujours été durs... mais ceux-ci le furent particulièrement. Chaque individu avait ses propres problèmes à lui exposer, et elle se devait de les écouter jusque bout afin de leur proposer une solution. La veille, elle avait été amenée à suivre la tisserande dans la forêt en pleine nuit, à la recherche du petit de sa Louve dont la patte avait été agrafée par un piège à loup. Celui-ci avait certainement été posé par un Vagabond qui cherchait à se nourrir dans ce froid mordant... mais cette affaire déclencha un conseil entier sur la chasse de cet animal sacré. Celui-ci avait eu lieu la veille et dura jusque une heure du matin en raison d'un désaccord entre le prêtre qui contestait une soi-disant incompréhension envers un animal qui ne demandait rien et Electre, qui défendait cet homme qui cherchait à se nourrir désespérément. C'est à la suite de cet éprouvant conseil que, épuisée, Electre dut veiller jusqu'à l'arrivée d'un messager qui ne se pointa jamais.

La jeune femme laissa échapper un nouveau bâillement, avant de se lever péniblement de son fauteuil pour se diriger vers la cuve qu'elle remplissait chaque matin d'eau afin de s'en asperger le visage. Doucement, elle versa de l'eau dans le récipient puis effectua sa toilette. Une fois celle si terminée, elle se saisit de sa brosse qui était sur la table auprès de son miroir, puis brossa avec délicatesse son épaisse chevelure sombre. Puis, elle commença l'enrouler, pour effectuer un parfait chignon derrière sa tête. Autours, elle enroula un ruban de soie rouge sang, qui nuançait avec ses cheveux de jais. Elle n'avait pas l'habitude de mettre des rubans dans ses cheveux... encore moins des rubans aussi colorés. En fait, elle n'avait absolument pas l'habitude de porter de la couleur. Les seules fois où elle se permettait une robe verte, rouge ou bleue, étaient les fois où elle devait rencontrer Soan. Ou encore lors des Solstices. Quant aux bijoux, elle n'en avait même pas. Aujourd'hui, elle s'était décidée de faire un effort afin de dissimuler sa fatigue derrière une apparence commode. Elle retira donc sa vieille robe de lin d'un blanc cassé pour enfiler une robe de couleur assortie à son ruban. Et pour la première fois depuis des lustres – la dernière fois devait remonter à il y plus d'un an – elle se décida à porter un corset. Elle ne savait guère d'où lui venait cet élan, mais il fallait en profiter tant qu'il était présent ! Puis à nouveau, elle alla contempler son reflet dans le miroir. Ou du moins le mot contempler était peut-être un peu déplacé... regarder serait plus approprié. La femme qu'elle fit dans le miroir ne lui ressemblait pas. Ce n'était pas elle. Mais si cet accoutrement pouvait dissimuler à sa sœur son état affligeant, alors elle le porterait. Car c'était bien à sa sœur qu'elle s'apprêtait à rendre visite. Cela faisait bien trop longtemps que, accablée par son devoir de chef, elle ne l'avait pas prise dans ses bras. Ainsi, elle détourna son regard de son reflet dans le miroir et se dirigea vers l'ouverture de sa tente. Écartant les pans de la toile qui servait de porte,  elle se glissa dehors. Elle afficha un sourire - faux certes, mais un sourire tout de même – à son garde personnel à l'entrée de la tente et le salua.


    « Bonjour Terdem. Pas trop froid ? Le messager Lion ne s'est visiblement pas manifesté. Je commence à fatiguer... s'il venait à arriver, veuillez-bien vouloir le laisser s'asseoir dans ma tente. Mais gardez-le à l’œil. Je vais voir ma sœur. »



Elle lui afficha à nouveau ce sourire niais en conclusion et se pressa de se rendre à la tente des guérisseurs. Dès que Terdem n'était plus susceptible de capter l'expression de son visage, elle effaça ce sourire stupide de ses lèvres. Après avoir viré de droite à gauche entre les tentes des Loups, Electre se trouva devant la grande tente qui venait en aide aux souffrants de la tribu des Loups... ou autres d'ailleurs. Il était déjà arrivé qu'elle demande à sa sœur de venir en aide à un Vagabond agonisant. Avant d'entrer, Electre s'arrêta une seconde devant la porte. Quelque chose lui disait que quelque soit la discussion qu'elle allait aborder avec sa sœur, elle n'allait pas être à son goût. Elle était du moins certaine que le sujet de sa mère ferait surface. En réalité, peut-être était-ce un peu pour cela que qu'elle rendait visite à sa sœur ce matin. Cela faisait quelques jours que l'état de leur mère empirait. Certains disaient même qu'elle était sur le lit de sa mort. Mais Electre ne voulait le croire. Et chaque fois que son esprit lui disait que ces gens ne lui mentaient pas, elle écartait se sujet de sa tête pour se concentrer sur autre chose. Mais au fond, la question remuait grandement en elle. Elle n'avait aucune idée de la maladie qui avait atteinte sa mère et ne savait donc aucunement si elle était sur le point de mourir. Cependant, elle savait que sa jeune sœur aurait une réponse à la question. Elle souhaitait grandement avoir enfin une réponse, mais à la fois, quelque chose en elle l'empêchait de la poser. Comme si au fond, elle connaissait déjà la réponse... Mais que pouvait-elle bien faire ? Une larme chaude coula lentement sur sa joue. Elle ferma les yeux un instant, tenta de se concentrer sur quelque chose de plus heureux, avant de rouvrir les yeux et d'essuyer sa larme du revers de la manche de sa belle robe. Elle inspira une grande bouffée d'air, plus l'expira en poussant le tissus de la porte de la tente. Astra était là, aussi belle que le jour – peut-être même plus – assise aux côtés d'un patient qui semblait particulièrement mal en point. Un trou béant ornait sa jambe au niveau du mollet. Un sang sombre, presque noir s'en échappait avec difficulté. Même le peu de connaissance en médecine de la jeune femme lui fit comprendre que c'était mauvais signe. Elle ne voulut même pas regarder cet homme qui, dans peu de temps, se retrouvait avait un bout de jambe en moins. Elle regardait sa sœur, qui s'activait en lui faisant dos. Et à nouveau, ne put s'empêcher d'admirer cet enfant, qui était en réalité devenu bien plus femme que la femme elle-même qui l'admirait...
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

❖ ══════════════════════════════════════════ ❖



Look to the stars
Let hope burn
in your eyes
And we'll love
And we'll hope
And we'll die
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildheart-rpg.forumactif.org

✚ Guérisseuse
***
MessageSujet: Re: ELECTRE ft. ASTRA « i never thought i’d need so many people »   Dim 27 Avr - 10:27

Electre ✧ Astra

I will paint you a bloodred sky and give you a thousand stars to reach for
Le sang du jeune homme était noir. Il semblait se moquer d'elle, de ses efforts, il semblait lui murmurer que si elle ne coupait pas tout simplement la jambe, cet homme allait mourir. Mais elle ne pouvait pas s'y résoudre, elle ne pouvait pas. Cet homme était un chasseur. Il avait besoin de courir, il avait besoin d'être fort. Il a surtout besoin de vivre. Mais elle ne pouvait pas. Elle n'avait encore jamais amputé. Elle savait comment faire, elle n'avait pas peur de déraper, non, ce n'était pas cela. Elle voulait simplement attendre le dernier moment, être sûre qu'il n'y avait pas d'autre moyen. Elle voulait attendre le moment où cet homme devrait choisir entre sa jambe et sa vie. Elle passa le dos de sa main le long de son front humide. La paume était tâchée de sang. Elle essuya ses mains sur son tablier blanc et se leva. L'homme la suivait des yeux. Elle pouvait voir qu'il avait confiance en elle. « Écoutez, je ne veux pas vous cacher qu'il faudra peut-être couper la jambe en dessous du genoux. Mais je vais faire tout mon possible pour éviter cela. » Elle eut un instant d'hésitation devant l'air de pure agonie de l'homme. « Faites-moi confiance, d'accord? Ça va aller. » Et il lui fit confiance. Il ferma les yeux. Elle observa un instant son visage aux traits creusés par le soleil vif du grand Nord et se tourna finalement vers sa petite armoire, où se trouvaient tous ses instruments. Elle en sortit un petit scalpel, une fiole contenant un liquide transparent aux reflets irisés, et enfin un morceau de chiffon propre. Elle se rassit au chevet de l'homme. Avec le scalpel, elle entreprit de mettre la plaie à nue. L'homme poussa des gémissements, mais elle resta les sourcils froncés, les lèvres serrées. Les gémissements et les cris que ses patients poussaient parfois lui tordaient l'estomac mais c'était ainsi. Elle devait avoir du courage, elle aussi. Elle devait les sauver et pour ça il fallait garder son sang-froid, prendre en compte la douleur mais se préoccuper surtout de la vie entre ses mains. La souffrance était passagère, mais elle évitait parfois la mort. Et la vie, c'était tellement mieux. La vie, c'était plein de possibilités.

Elle entendit un crissement dans la neige, derrière la tente, mais ne leva pas la tête. Elle n'attendait pas de visite. Elle était si concentrée sur la jambe de son patient qu'elle n'entendit même pas que quelqu'un se glissait dans la tente. Sa soeur, Electre Lumna, se tenait derrière elle et ne disait rien pour l'instant. Astra sentit vaguement que l'atmosphère de la tente avait changé et elle essuya son scalpel sur son tablier avant de se tourner. Un sourire naquit aussitôt sur ses lèvres. Electre était venue la voir. La jeune fille remarqua aussitôt l'accoutrement de sa soeur. Elle qui s'habillait toujours un peu à la garçonne, elle portait aujourd'hui une robe rouge et un ruban de la même couleur dans ses cheveux de jais. Ça ne lui ressemblait pas, mais Astra la trouva belle. Elle ne manqua cependant pas de remarquer les cernes violettes qui pendaient à ses longs cils noirs et le sang qui palpitait dans ses yeux. Elle ne dit rien. Elle se contenta de la regarder à la manière d'une mère, alors que ç'aurait dû être le contraire. Enfin, après quelques instants de silence, elle se leva et engloutit les quelques pas qui les séparaient pour la prendre dans ses bras. Pourquoi ce soudain élan d'affection ? Elle ne savait pas trop. Peut-être qu'il était assez rare qu'elle ait un moment seule avec sa soeur. Enfin, seule...Il y avait toujours un homme agonisant sur sa couchette, mais pour l'instant elle se perdit simplement dans les bras de sa soeur, sa seule famille, son seul appui. Elle respira son parfum et sentit ses cheveux soyeux contre sa joue. Ça lui faisait vraiment du bien. Enfin, elle se recula et lança un regard malicieux à sa Chef. « Dis moi que je rêve...Tu portes un corset ? » Elle fit glisser une main sur la hanche de sa soeur et sentit les lacets du corsage sous le tissu couleur sang. Elle ouvrit la bouche et la referma soudain. Elle avait été sur le point de dire "c'est Maman qui voudrait voir ça!" mais cela lui avait soudain rappelé où se trouvait leur mère à cet instant. Elle était seule dans la tente qu'elle avait autrefois partagée avec son mari. Elle souffrait. Elle s'éteignait à petit feu. Mais Astra faisait tout son possible pour la garder en vie, elle la veillait le soir, elle lui rendait visite autant de fois qu'elle pouvait. Mais à chaque visite sa mère plongeait un peu plus dans le néant. Ses yeux étaient si fatigués qu'elle ne reconnaissait plus sa fille lorsqu'elle entrait dans la tente. Son coeur battait toujours trop fort, comme désespéré. Et parfois, elle sombrait totalement. Ses poumons la lâchaient, elle respirait mal et un serviteur venait chercher Astra en pleine nuit.

Peut-être que c'était la raison de la venue d'Electre. Peut-être qu'elle voulait des nouvelles de sa mère. Astra espéra que ce n'était pas le cas. Electre savait déjà tout; elle refusait simplement d'y croire. La cadette n'avait de toutes façons pas envie de lui rajouter des soucis en plus; elle n'avait vraiment pas besoin de ça. Mais si Electre voulait en parler, alors elle lui dirait tout. Il n'y avait pas de raison de la tenir à l'écart, et puis, Astra savait sa soeur bien plus forte qu'elle ne le croyait. Elle saisit une main de sa soeur et la tint dans les siennes, à moitié pour la réchauffer après le froid du dehors, et à moitié pour qu'elle comprenne ce à quoi elle pensait. Elle se tourna soudainement vers son patient qui attendait, les yeux fermés, plutôt content de faire une petite pause dans la douleur, aussi courte soit-elle. Elle lança un regard à sa soeur et retourna au chevet de l'homme. Elle versa le contenu de la fiole sur le chiffon et entreprit de désinfecter la plaie en tapotant doucement et avec précision sur la chair brûlante. Sans lever la tête, elle s'adressa à sa soeur. « Il s'est fait mordre par un loup en essayant de le retenir face à Vagabond. » L'homme ouvrit les yeux pour voir à qui elle s'adressait et découvrit sa chef debout devant lui. Il s'agita aussitôt, voulant sans doute la saluer comme c'était la coutume, mais Astra posa une main sur son cou et l'incita à se rallonger tranquillement. Il referma docilement les yeux et Astra se leva pour couper des bandes de tissu d'un sec coup de ciseau. Elle les enroula autour de la blessure qu'elle avait recouverte de quelques brins d'une plante séchée, et les referma avec un simple noeud. Puis elle sortit une seringue qu'elle avait déjà préparée sur le côté. Avant de piquer, elle sourit à sa soeur. « Tout va bien ? Je ne veux pas te vexer hein, mais tu as l'air vraiment fatiguée. » Il n'y avait que de la douceur dans sa voix, et un peu d'inquiétude. Elle plongea la seringue dans la jambe de l'homme sans la moindre hésitation et lui injecta son contenu d'un air tranquille. Elle espérait de tout son coeur éviter par ces soins une amputation.

Elle se leva. « Vous devez vous reposer maintenant. Je viendrai vous voir tout à l'heure, d'accord ? Il y a des livres sur la table de nuit, si vous voulez. » Le patient la remercia d'un signe de tête et d'un regard reconnaissant. La jeune fille se tourna ensuite vers sa soeur. « Tu veux sortir ? Marcher un peu dehors... » Elle sourit. Cela lui faisait vraiment du bien de pouvoir parler avec sa soeur, parler pour de vrai. Elles avaient vécu tant de choses ensemble, des choses qui hantaient encore leur quotidien. Elles avaient besoin l'une de l'autre et le silence n'était plus assez.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

ELECTRE ft. ASTRA « i never thought i’d need so many people »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ad Astra, Per Aspera
» no, i don't like you, i just thought you were cool enough to kick it ✝ la pyro
» Haruto 春人 ♤ Per aspera ad astra
» 03. I thought i lost you...
» Boîte aux lettres d'Electre P. Wilde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» WILD HEART « :: ♔ Lieux RPG :: Nord :: Tribu des Loups :: Tentes-